Prendre rendez vous sur doctolib.fr

Prendre rendez vous par      au 03 83 48 64 76

Stimulation & défibrillation cardiaque. Resynchronisation

Stimulation cardiaque

La stimulation cardiaque est le traitement des anomalies lentes du rythme cardiaque (bradycardies), dont les mécanismes sont multiples.

Elle consiste en l'implantation d'un stimulateur cardiaque (pace-maker) qui est un système permettant de détecter l'activité du coeur et de stimuler le muscle cardiaque par de faibles impulsions électriques si la fréquence en devient trop lente.

Ce système est composé d'un boîtier, qui comporte la batterie, le microprocesseur et les connecteurs, et d'une ou plusieurs sondes qui y sont raccordées et fixées dans l'oreillette et le ventricule droits.

L'implantation se fait sous anesthésie locale au niveau du creux de l'épaule (en général gauche) mais un médecin anesthésiste veille au confort et à l'analgésie du patient pendant et après l'opération.

La durée moyenne du geste est d'environ 30 minutes, la durée de l'hospitalisation est de 48h (deux nuits).

Le taux de complication est faible, estimé à moins de 2% des procédures, les complications graves sont très rares. Le risque le plus significatif est l'infection du boîtier ou des sondes qui nécessite le retrait de l'intégralité du matériel et un traitement antibiotique prolongé.

Les patients porteurs de pacemaker peuvent mener un vie parfaitement normale, seuls l'IRM et la soudure à l'arc sont contre-indiqués, et il est déconseillé de cuisiner avec des plaques de cuisson à induction.

Les appareils électro-ménagers, et notamment les fours micro-ondes, les portiques antivols, les téléphones portables, le WIFI, bluetooth etc... ne posent aucun problème.

La durée de fonctionnement des batteries est la plupart du temps supérieure à 7 ans, des contrôles à un mois de la chirurgie puis annuels seront réalisés au cabinet.

Quand la batterie est usée il est nécessaire de réintervenir pour procéder à un changement de boîtier.

Défibrillation cardiaque

La défibrillation cardiaque est le traitement des tachycardies ventriculaires et de la fibrillation ventriculaire, qui sont des arythmies pouvant mettre en jeu le pronostic vital.

Elles viennent en général compliquer l'évolution de maladies graves du muscle cardiaque provoquant une altération sévère de la capacité de contraction du ventricule gauche (par exemple un infarctus massif du 

myocarde). Certaines anomalies génétiques rares peuvent également provoquer ce type d'arythmies. 

Si le risque de survenue d'une telle arythmie est jugé élevé, le cardiologue pourra proposer l'implantation d'un défibrillateur automatique. 

Il s'agit d'un système composé d'un boîtier de volume sensiblement plus important qu'un pace-maker, comportant une batterie, un microprocesseur, un condensateur et un connecteur, raccordé à une sonde de défibrillation fixée dans le ventricule droit et parfois à une sonde de stimulation simple fixée dans l'oreillette droite.

Le défibrillateur surveille en permanence le rythme cardiaque et peut délivrer un choc électrique de défibrillation ou une stimulation rapide (overdrive) en cas de survenue d'une arythmie menaçante.

L'implantation est réalisée sous anesthésie locale, mais une anesthésie générale est parfois nécessaire s'il faut tester le fonctionnement du système pendant l'opération. La technique chirurgicale est similaire à l'implantation d'un pace-maker.

Les complications sont également rares et équivalentes à celles de la stimulation cardiaque simple. Il existe cependant des complications spécifiques au défibrillateur implantable, notamment les thérapies inappropriées, qui sont des chocs non nécessaires mais délivrés parce que le microprocesseur n'a pas pu discerner une tachycardie grave d'une arythmie bénigne.

Tout comme pour le pace-maker, les patients porteurs d'un défibrillateur peuvent mener un vie normale. L'IRM, la soudure à l'arc et les plaques de cuisson à induction restent contre-indiquées.

La durée de fonctionnement des batteries est en général supérieure à 5 ans, des contrôles à un mois de la chirurgie puis semestriels seront réalisés au cabinet.

Quand la batterie est usée il est nécessaire de réopérer pour changer le boîtier. Il est parfois également nécessaire de procéder au remplacement de la sonde de défibrillation qui est plus fragile qu'une sonde de stimulation simple.

Resynchronisation biventriculaire.

Il s'agit d'une technique de stimulation particulière, spécifiquement

utilisée dans le traitement de  l'insuffisance cardiaque, lorsque le fonctionnement du ventricule gauche est très altéré.

Elle a pour but la resynchronisation de la contraction des différentes parois du ventricule gauche, ce qui augmente sa capacité d'éjection et son débit, et permet ainsi d'améliorer la capacité fonctionnelle et la qualité de vie des patients insuffisants cardiaques.

Elle nécessite l'implantation d'une sonde de stimulation supplémentaire qui est acheminée par une veine cardiaque (le sinus coronaire) en regard du ventricule gauche.

Un système de resynchronisation peut être associé à un défibrillateur.